Dominique d’Acher (1929-1991). Les chantiers organiques de l’inachevé

Exposition coproduite le musée de Dole, les musées de Sens et la galerie Henri Chartier

 

 

 

 

 

Commissariat de l’exposition • Samuel Monier, responsable des expositions et des collections du musée • Jacques Py, critique d’art et président de l’association des Amis de Dominique d’Acher.

 


 

 

Peintre de la “réalité intérieure”, Dominique d’Acher s’est révélée sur la scène artistique française avec un art singulier, éclos à la fin des années 1950 à l’écart du courant de la seconde École de Paris. Alors engagée dans un art infor-mel, elle s’oriente dès la décennie suivante vers des recherches figuratives atypiques, centrées sur une quête identitaire et un rapport parti-culier au corps, qui questionnent les limites de la représentation. Depuis la rétrospective du musée d’Auxerre en 2010, de nouveaux tra-vaux de fond sur l’artiste ont été menés. Ce projet propose d’explorer son univers selon des axes thématiques qui permettront de comprendre sa démarche introspective sans concession. Celle-ci questionne autant le lan-gage plastique à l’œuvre -le geste, la matière, la forme- que des sujets fondamentaux pour elle :le corps autour de la figure humaine librement repensée, l’intime comme représentation d’un univers personnel marqué par son identité de femme, et plus largement “une figuration autre".

 

https://www.doledujura.fr/programme-des-expositions/

 

Dominique d'Acher dans son atelier à Ronon, 1971, crédit photo Luc Ionesco

13 Février 2021